Animal Crossing 3DS.com

Animal Crossing 3DS.com

Test : Animal Crossing New Leaf par jeuxvideomagazine.com

Animal Crossing débarque sur 3DS. Et cette fois, il est question d’une ville dont VOUS êtes le maire.

Par Romain Mahut

VERDICT DE LA RÉDACTION

Avec Animal Crossing New Leaf, Nintendo ne réinvente pas la roue, il la modernise. Les nouvelles options et activités sont de parfaits prétextes pour replonger.

Les plus :
  • Tellement mignon
  • BO envoutante
  • La durée de vie
Les moins :
  • 3D anecdotique
  • Les horaires
  • Certains bruitages
Rédaction
  • 17
  • 20
 
Animal Crossing New LeafDepuis le premier épisode sorti sur GameCube, la série Animal Crossing a réussi à se construire un large public, composé à la fois de joueurs acharnés et d’utilisateurs occasionnels. Alors dire que l’itération 3DS est attendue au tournant serait un euphémisme. Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série, le concept est très simple. Dans Animal Crossing, le joueur incarne le nouvel habitant d’un petit village situé en bord de mer, et dont le reste des administrés sont des animaux anthropomorphes facétieux. Ici, pas besoin de manger pour survivre. L’argent gagné en revendant fruits, poissons, ou objets glanés ça et là sert uniquement à acheter de nouveaux objets, vêtements, ou rembourser les travaux de sa maison. Car une fois encore, il est bien question d’un simulateur d’endettement. Saisies et agences de recouvrement en moins. Et même si le joueur est encore plus souvent redevable dans New Leaf que dans les précédents Animal Crossing, le cadre de vie virtuel est si plaisant que la pilule passe toute seule.

Faites des maires

La première différence avec les précédents épisodes de la série est visible dès les premières minutes de jeu. En effet, dans Animal Crossing: New Leaf, le joueur n’est pas qu’un simple citoyen. Suite à une confusion dont l’origine n’est jamais expliquée, ses nouveaux voisins lui annoncent dès son arrivée dans le village qu’il est en fait le nouveau maire de ce dernier. À lui les joies des problèmes de voisinage, du financement des travaux publiques, ou encore du choix des arrêtés municipaux. Mais que les personnes effrayées par tant de responsabilités se rassurent. Il est tout à fait possible de jouer « à l’ancienne » en ignorant complètement la mairie. Il faut cependant admettre que le pouvoir de faire construire un pont supplémentaire, ou de prendre un arrêté pour que les boutiques ouvrent plus tôt/ferment plus tard, peut se révéler bien pratique. Cela étant dit, il ne faut pas trop compter sur le reste de habitants du village pour financer les travaux entrepris. Car si les animaux connaissent bien le système de prêts, ils n’ont apparemment jamais entendu parler d’impôts. Bien qu’ils lâchent quelques clochettes de temps à autres pour participer à l’essor de la commune, c’est au maire de payer de sa poche le gros des travaux.

Vacances perpétuelles

De prime abord, Animal Crossing: New Leaf peut sembler quasi identique à ses prédécesseurs. Mais il bénéficie heureusement d’un certain nombre de modifications qui donnent très rapidement envie de passer son temps libre dans la petite bourgade virtuelle. Et ce, même aux joueurs qui ont retourné les précédents titres de la série. Ces modifications, dont certaines sont très subtiles, contribuent à rendre l’univers de cet épisode encore plus immersif que celui de ses prédécesseurs. Les concitoyens du héros, les fameux animaux, paraissent par exemple bien plus vivants que par le passé. Déambuler sans raison dans le village ou dans leur maison ne leur suffit plus. Désormais, ils arrosent les plantes, pèchent, font du shopping, se parlent/disputent entre eux (et prennent parfois le joueur à témoin), etc. Au rayon des nouveautés se trouvent également l’île (sur laquelle les utilisateurs peuvent prendre part à des mini-jeux jouables à plusieurs et récupérer des objets/animaux spéciaux), les boutiques supplémentaires (dont certaines grandissent au fil du temps), la personnalisation de l’extérieur des maisons, ou encore les nouvelles activités. L’une d’entre elles réside en la possibilité de nager. Une fois la combinaison spéciale enfilée, le joueur peut se baigner librement dans la mer et tenter de capturer différentes créatures sous-marines. Nintendo a tout simplement repris un concept qui marchait déjà bien et l’a rendu encore plus addictif. En somme, il s’agit là du jeu parfait pour occuper les longues journées d’été.

  • JouabilitéNote Jouabilité 5

    La prise en main est immédiate pour les habitués de la série. Les autres n’auront aucun mal à s’y mettre non plus.

  • GraphismeNote Jouabilité 3

    Du Animal Crossing pur et dur. Un peu plus de sophistication et une 3D plus percutante n’auraient pas été de refus.

  • Bande-sonNote Jouabilité 4

    Si les bruitages des animaux peuvent finir par agacer les musiques sont très réussies et contribuent largement à l’immersion.

  • DuréeNote Jouabilité 5

    Animal Crossing est un jeu sans vraie fin. Obtenir tous les objets, poissons, etc. demande de très nombreuses heures de jeu.



06/06/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres